20 mars 2005

kill me softly

ces evenements ce sont déroulés hier, samedi apres mon post du matin....

non, j avais pas envie de vivre au rythme des saisons...(j ai déja vécu au rythme des saisons et ces années ont été les pires de ma vie) j avais juste envie de me retrouver pres de  l eau. j ai marché jusqu au parc des rapides ou je me suis laissé choir sur un banc en fer forgé, entre deux steles en granit. face au fleuve. de la, j ai essayé d oublier. devant moi ont défilé plusieurs personnes: un couple cute qui promenait son chien, un couple de personne agée qui se tenait la main, un pere et sa fillle.... a plusieurs metres de moi, une belle fille sans manteau blanc etait assise elle aussi sur un bac. elle semblait perdue dans ses tristes pensées. j ai eu envie d aller la voir pour lui demander:" et toi, qu essaies tu d oublier"?  puis je me suis posé la question....j ai pensé a ma vie.... a moi.  j ai pleuré. peut etre a cause du vent froid, on aurait dit que mes larmes etaient bouillantes... moi, j essaie d oublier qui je suis, j essaie d oublier que je ne fais pas partie de cette minorité de gens sur qui tout le monde se retourne dans la rue pour les admirer. mais que je vais partie de cette minorité d inversés sexuels dont on rie encore quand on est entre intime. car, en public, les gens se définissent comme ouverts aux homos, aux immigrants....parceque c est cool d etre open. car ce serait mal vu d etre borné, homophobe ou raciste. mais au fond d eux meme, les gens sont pas si ouverts que ca aux différences. ils sont juste hypocrites et capables de pretendre etre ce qu ils ne sont pas.

moi, chaque matin je vois dans le miroir un visage que je déteste. je sais pas/plus comment etre heureux. et il m arrive sporadiquement d avoir envie de mourrir...

Posté par ma_us à 11:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur kill me softly

    Nous sommes tous différents, à notre façon.
    Tous minoritaire, à notre façon.
    Ces gens homophobes, xenophobes, je suis triste pour eux. Ils sont souvent motivés par la peur. La peur de la différence ; La peur d'être soi-même.
    C'est ce qu'il y a de plus difficile...
    Tant de gens essaient de ressembler à quelqu'un d'autre. Quelle perte de temps...
    A quoi bon vouloir être cette fille Bitch, froide et intransigeante ? Alors qu'elle voudrait être douce, aimante, elle voudrait seulement qu'on l'aime... Elle voudrait avoir suffisament de confiance en elle pour oser s'affirmer. Je suis MOI.

    A quoi bon cette comédie humaine...

    Si on apprenait à s'aimer. A voir en nos différences des traits uniques. Ce sont toutes ces petites différences qui forment le charme de quelqu'un.
    Je n'envie pas les Top Model, les Actrices et Chanteuses populaires. Celles qui font tourner les têtes.
    J'envie celles qui ont atteint la sérénité. Qui ne se laissent plus démolir par le regard et l'opinon des autres. Qui sont assez fortes pour dire : "Je suis moi, simplement".

    Quand ça fait trop mal, il faut savoir pleurer, se laisser aller. Dire à quelqu'un (Jésus, Bouddha, Alah, etc.) : Prends mon fardeau, il est trop lourd pour mes petites épaules... Et déjà on se sent mieux.

    Courage... Apprendre à s'Aimer, c'est la quête d'une vie... Mais ça vaut la peine...

    Posté par YellowFaceMinou, 21 mars 2005 à 00:54 | | Répondre
Nouveau commentaire